Le golfe de Thaïlande

golfe-de-siam

D’une superficie de 320 000 km², ce golfe est facilement accessible depuis Bangkok. Il borde les côtes du Cambodge et du Vietnam à l’est et s’étend jusqu’à la Malaisie au sud.

Avec ses 1900 km de côtes il offre de nombreuses possibilités au voyageur. Peu profond, 45 mètres en moyenne et 80 mètres au maximum, il abrite de nombreux coraux grâce à sa température tropicale, ce qui en fait un lieu idéal pour le snorkeling.

De nombreuses îles le jalonnent dont les plus fréquentées sont au nord Ko Chang et Ko Samet. Ko Chang est la deuxième plus grande île de Thaïlande après Phuket et possède un archipel classé parc marin qui compte une cinquantaine d’îles et d’îlots.

Au sud, proches de l’isthme de Kra qui marque l’endroit le plus étroit entre l’océan Indien et le Pacifique, on trouve Ko Samui, réputée pour son huile de noix de coco provenant de ses nombreuses plantations et Ko Tao dont le nom signifie île de la Tortue. Cette petite île de 21 km² est une propriété royale qui abrita un pénitencier pendant un temps. Aujourd’hui, ses coraux multicolores et ses eaux poissonneuses attirent des plongeurs du monde entier.

ko-samui-thaietvous-com.jpg (2)

Toutes ces îles au relief karstique couvert de forêts tropicales offrent des plages de rêve. Sable blanc, cocotiers dont les palmes se balancent doucement sous la brise marine. Malheureusement, certaines d’entre elles sont devenues victimes de leur succès au point qu’il est parfois difficile d’apercevoir la mer lorsqu’on longe la côte.

A partir de Bangkok jusqu’à la frontière cambodgienne s’étire la côte Est dont la ville la plus renommée est Pattaya. Ancien village de pêcheurs devenu lieu de repos des GI’s durant la guerre du Vietnam, la ville est devenue une station balnéaire à la réputation sulfureuse. Cependant, elle réserve quelques surprises agréables. Certains quartiers sont franchement jolis et font penser à une station balnéaire cossue. Dans les environs, ne manquez pas le très beau Nong Nooch Tropical Garden, Hang Sila le village des tailleurs de pierre et la montagne des singes qui domine la mer. Quelques singes sont arrivés là par hasard à la fin des années 90 et ont donné naissance à une colonie. Peu farouches, habitués aux humains (les Thaïs viennent en famille le dimanche) ils sautent sur les voitures et se laissent volontiers photographier. En partant vers l’est, le long de la route vous verrez des cocotiers, des bananiers, des ananas et des bougainvillées avec les montagnes en arrière-plan. Avant d’arriver à Ban Pae la route est bordée d’arbres qui procurent une ombre bienfaisante et donnent au paysage un je ne sais quoi de bucolique et de suranné. Cette petite ville côtière est le point de départ des bateaux pour Ko Samet. Si vous aimez être logé en bordure de mer, je vous recommande le Ban Pae Cabanna, charmant hôtel composé de bungalows disséminés dans un écrin de verdure avec piscine et transats sur la plage, très fréquentée comme vous pouvez le voir ci-dessous. C’était en saison creuse (juin 2010) et j’étais la seule cliente de l’hôtel.

ban-pae-cabana-thaietvous-com (3)

Détail original, la salle de bains est installée sur une terrasse en bois accessible uniquement depuis la chambre et entourée de panneaux de bois pour l’intimité. C’est une expérience agréable de prendre sa douche sous les arbres!

salle-de-bains-ban-pae-cabana-thaietvous-com

Si vous souhaitez aller jusqu’à Trat pour vous rendre ensuite à Ko Chang, arrêtez-vous à Chanthaburi, souvent délaissée par les touristes. Cette ville de taille moyenne fut occupée par les Français de 1893 à 1905 lorsque la frontière entre la Thaïlande et l’Indochine était sujette à caution. De nombreux chrétiens vietnamiens sont venus se réfugier à Chanthaburi à la fin du dix-neuvième siècle pour échapper aux persécutions dont ils étaient victimes, une deuxième vague fuyant la colonisation française arriva dans les années 1920 et 1940 et une troisième après la chute de Saïgon en avril 1975, lorsque le régime communiste prit le contrôle du Sud Vietnam. Depuis 1944, le siège de l’évêché de la province est à Chanthaburi. La ville est intéressante car, de par son passé, elle est multiculturelle et cosmopolite. Le weekend, un important marché aux pierres précieuses se tient dans les rues de la ville.

Direction la péninsule de Malacca dont la dorsale se partage entre la Birmanie (devenue le Myanmar) et la Thaïlande. Cette longue bande de terre étroite s’étend de Phetchaburi (160 km au sud de Bangkok) à Chumphon et se termine par l’isthme de Kra avant de s’élargir pour former la péninsule malaise. Souvent ignorée des touristes étrangers, cette partie de la Thaïlande dont la largeur ne dépasse pas une dizaine de kilomètres par endroits possède des paysages variés, allant des plaines de rizières aux pitons rocheux en passant par les plages bordées de cocotiers et les falaises couvertes de jungle et de plantations d’hévéas.

Phetchaburi est devenue un lieu de villégiature royale sous le règne du roi Mongkut (RamaIV) dans la seconde moitié du dix-neuvième siècle. Il fit construire le Phra Nakhon Khiri, parc historique à l’intérieur duquel on peut visiter son palais d’été, et un observatoire pour assouvir sa passion de l’astronomie.

Une soixantaine de kilomètres au sud, Hua Hin, lieu de séjour privilégié des Thaïs et station chic aux antipodes de Pattaya. La famille royale délaissa Phetchaburi au début du vingtième siècle sous le règne de Rama VI pour y établir sa résidence d’été. Le roi Bhumibol (Rama IX) aimait venir y naviguer sur des dériveurs qu’il construisait lui-même. Ici, ni bruit ni fureur et malgré quelques constructions regrettables des années 90, la ville a conservé son charme provincial. Quelques bâtisses en bois peint blanc et gris lui donnent des airs de Côte Est des Etats-Unis. Sa gare, charmant édifice en bois rouge et jaune de style 1900, était autrefois réservée à la famille royale. Aujourd’hui encore, le luxueux Eastern & Oriental Express qui relie Bangkok à Singapour s’y arrête.

Le parc national de Khao Sam Roi Yot (parc des Trois Cents Cimes) s’étend sur 98 km². La voie ferrée qui vient de Bangkok le traverse et comme les trains ne roulent pas vite en Thaïlande, vous avez le temps d’admirer le paysage. Outre ses rochers abrupts, ses nombreuses grottes – dont celle qui abrite le pavillon royal construit lors de la visite du roi Rama V en 1890 -, ses lagunes et ses plages, le parc compte de vastes marécages abritant pas moins de 300 espèces d’oiseaux qui en font la destination privilégiée des ornithologues.

Prachuap Khiri Khan , toute proche de la frontière birmane est une ville de pêcheurs réputée pour ses poissons et ses fruits de mer que l’on traverse souvent sans s’arrêter. Agréable et calme, cette ancienne étape sur la route commerciale entre l’Inde et Ayutthya possède une belle plage de sable blanc, Ao Manao (baie des citrons) où débarquèrent les Japonais en 1941.  Un peu plus au sud, on trouve encore une belle plage qui possède un petit musée et un monument érigé en hommage au roi Mongkut qui avait annoncé une éclipse solaire visible dans la région en 1868.

Ban Krut dont la gare rappelle celle d’Hua Hin en plus petit fait partie de ces petites stations balnéaires tranquilles que vous auriez tort de négliger, surtout si vous voyagez avec des enfants. Elle est dominée par un temple récent, Big Buddha, qui offre une vue superbe sur la côte et les montagnes.

En continuant encore vers le sud, on arrive à Bang Saphan Yai. La ville en elle-même a peu de charme. Il s’en dégage cependant une atmosphère paisible et accueillante. A proximité, une longue baie, Mae Ramphaeng, bordée d’hôtels et de restaurants se termine par un petit port de pêche à voir pour ses bateaux multicolores. A six kilomètres au sud de la ville, la plage de Suan Luang offre également quelques hébergements face à Ko Thalu, minuscule île habitée autrefois par des pêcheurs, destinée aujourd’hui aux touristes grâce à ses luxueux bungalows traditionnels. Je pourrais écrire un roman sur Bang Saphan parce que c’est un endroit que j’adore, où j’ai fait de belles rencontres et où j’ai de nombreux souvenirs. Je l’ai découvert par hasard en 2000 par l’intermédiaire de Directours. La commerciale m’avait prévenue qu’il n’y avait rien à faire ici, que c’était une petite ville de pêcheurs et qu’il n’y avait pas de boîte de nuit. C’était exactement ce que je recherchais. Si vous aimez les folles soirées en night club ou les full moon parties sur la plage, ce n’est pas l’endroit qu’il vous faut. Pas plus que si vous affectionnez le kitesurf, le parachute ascensionnel ou le scooter des mers. Par contre, si vous aimez vous mêler à la population locale, faire des balades dans la campagne, plonger, vous reposer et rencontrer des gens sympas, alors c’est l’endroit idéal. Bon, j’exagère peut-être, il y a sûrement d’autres endroits comme cela le long du golfe de Siam. Deux adresse à retenir: le Coral Hotel, pour son confort, son accueil et sa cuisine et Lola’s Bungalows pour son côté « roots » et ses petits prix.

Le Coral Hotel organise de nombreuses excursions qui vont de la demi-journée à plusieurs jours car il y a beaucoup à voir dans la région et, pour peu que vous soyez un peu curieux, vous ne vous ennuierez pas.

La province de Chumphon marque en quelque sorte la « frontière » avec l’extrême Sud. De là, vous pourrez vous diriger soit vers Ko Samui, soit vers Phuket à l’ouest et la mer des Andaman. Chumphon possède un aéroport, donc théoriquement on peut venir de Bangkok en avion, ce qui fait gagner pas mal de temps. Renseignez-vous avant car l’aéroport n’est pas toujours en fonction. A l’instar de Prachuap Khiri Khan, Chumphon est une ville-étape dans laquelle le voyageur ne s’attarde pas. Elle offre pourtant de belles plages et des hébergements à petits prix pour les routards et d’autes plus confortables. Vous y découvrirez également l’authentique cuisine du Sud.

 

Publicités

9 réflexions sur “Le golfe de Thaïlande

    1. Merci à vous Daniel. Votre commentaire m’encourage à continuer. J’espère sincèrement que vous aurez l’occasion de vous rendre en Thaïlande, c’est vraiment un beau pays et lorsque vous le souhaiterez, je pourrai vous éditer un circuit en fonction de vos goûts et budget afin de faciliter votre voyage. Amitiés.
      Sylvie

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s