Pad thaï, un plat aux origines surprenantes

Le pad thaï (ผัดไทย) est à la Thaïlande ce que sont la baguette et le camembert à la France: un emblème national. Pourtant, il est le plat qui représente le moins la cuisine traditionnelle thaïlandaise. Il n’en reste pas moins très présent dans la street food.

Des origines surprenantes et récentes

Il faut remonter à la veille de la Seconde Guerre mondiale et au Premier Ministre thaïlandais de l’époque. Plaek Phibunsongkhram , appelé sobrement Phibun, règne en maître sur la toute nouvelle Thaïlande dont il est, paraît-il, à l’origine du nom. Il reste au pouvoir de 1938 à 1957!

Durant ses mandats, il entreprend de moderniser le pays, impose la langue nationale au détriment des nombreux dialectes et « demande » à ses concitoyens d’adopter la tenue vestimentaire occidentale. Il exige aussi que chaque Thaïlandais apprenne l’hymne national et impose l’usage des couverts.

Parce que les temps sont durs durant son premier mandat (1938-1944), il s’intéresse au moyen de remplacer le riz, à la base de la cuisine thaïe, par un ingrédient meilleur marché. C’est ainsi que les nouilles de riz font leur entrée. Elles ont un double intérêt économique: permettre aux plus pauvres de se nourrir et diminuer la consommation nationale de riz, l’ingrédient principal de nombreuses recettes. Ainsi, les quantités destinées à l’exportation sont plus importantes et font rentrer de l’argent dans les caisses de l’Etat. CQFD

C’est ainsi que naît le pad thaï dont le nom complet est kway teow pad thaï, kway teow signifiant nouilles sautées en chinois. Ce plat est amplement inspiré de la cuisine chinoise, ce qui est assez ironique. Phibun qui possédait des origines chinoises détestait les Chinois. Il les aimait autant qu’Hitler aimait les juifs et n’avait de cesse de faire de l’œil aux Japonais. Ce qui lui a été reproché plus tard. Il s’est d’ailleurs exilé au Japon en 1958 suite à des élections pas très clean et un coup d’état. Il y meurt en 1964.

Un plat devenu national

Bien qu’on ne le trouve pas sur les grandes tables, le pad thaï a popularisé la cuisine thaïlandaise au-delà des frontières du royaume. Dès ses débuts, les marchands ambulants le proposent aux consommateurs qui se régalent pour quelques bahts. Et pas un restaurant thaï qui s’installe en Occident n’omet de le mettre à sa carte.

Les ingrédients qui le composent sont simples mais leur combinaison et l’alliance subtile du sucré/salé/acide donnent des saveurs inimitables.

@thaietvous
Un pad thaï dégusté au Why Not Cafe de Bang Saphan, les pieds dans le sable, face à la mer. Le bonheur

Bien sûr, comme pour le riz sauté (khao pad), chaque cuisinier a SA recette. La photo ci-dessus a été prise en 2005 alors que je mangeais encore de la viande et du poisson. Pour une recette vegan, supprimez les œufs et remplacez les crevettes ou la viande par des protéines de soja. Et à la place de la sauce de poisson, utilisez de la sauce soja. Ma préférée est la Mild Shoyu, disponible dans les magasins bio et infiniment plus délicate que celle qu’on trouve dans les grandes surfaces.

@thaietvous

 

 

Il ne vous reste plus qu’à déguster. Bon appétit!

 

Source historique: 196flavors.com

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.