Le chat siamois

J’aime les félins en général et les chats en particulier parce qu’on a beau dire, dans un appartement un chat prend moins de place qu’un tigre. Il est aussi moins dangereux 🙂 J’aime le côté indépendant et parfois hautain des matous. Contrairement aux chiens, ce sont eux qui nous adoptent et ils nous le font sentir. Et le chat siamois dans tout ça ?

Historique

Comme son nom l’indique le chat siamois est originaire du royaume de Siam mais on ne peut pas dater précisément quand il est apparu. On en retrouve des descriptions dans des manuscrits datant du royaume d’Ayutthaya au milieu du XIV° siècle.

Si aujourd’hui, le félin possède une silhouette racée, longiligne, une face triangulaire, des  yeux bleus en amande et de grandes oreilles, à l’origine c’était un animal robuste avec une tête ronde.

ba2c3a0d3adfc434e449f97f3eba9043

Les chats siamois ont été beaucoup représentés dans l’art thaïlandais, de même que les korats, autre race naturelle ancienne. Le korat, souvent confondu avec le chartreux ou le bleu de Prusse avait la réputation de porter bonheur. Le chat siamois, quant à lui, était réservé à la famille royale et  de fait considéré comme sacré. Il déambulait librement dans l’enceinte du palais et gardait les temples.

Le chat siamois en Occident

En 1884, le consul général britannique à Bangkok, Edward Blencowe Gould, rapporte un couple de chats siamois à sa sœur, Mrs Veley, qui sera cofondatrice en 1901 du Club des chats siamois. Les chatons du couple sont montrés l’année suivante au Crystal Palace, vaste palais d’exposition de Londres, où ils suscitent un vif intérêt. Au cours des années suivantes, d’autres chats quittent le royaume de Siam pour les brumes de la perfide Albion et forment la race des siamois en Grande-Bretagne.

En 1885, l’explorateur, diplomate et haut-fonctionnaire Auguste Pavie et un professeur au muséum d’histoire naturelle de Paris sont à l’origine de l’introduction du chat siamois en France.

Quelques années plus tard, en 1890, le félin fait son entrée aux États-Unis où il connaît le même succès qu’en Grande-Bretagne et où l’on assiste à la création de clubs.

Le GCCF (Governing Council  of the Cat Fancy), qui est le plus important registre des races félines Outre-Manche, édite le premier standard de la race des chats siamois en 1892.

Au début, les seal point (extrémités noires ou marron foncé, reste du corps blanc ou légèrement crème) sont reconnus. Aujourd’hui on accepte les colour point (toutes les teintes sont autorisées pour le corps) qui étaient en fait les chats d’origine.

La France se prend d’affection pour le chat siamois dans les années 1920, mais il suscite un véritable engouement après la Seconde Guerre Mondiale avec les dérives qui s’ensuivent.

L’esthétisme poussé au maximum

L’Homme aime dompter la nature, c’est bien connu. Certains éleveurs ont donc décidé de faire évoluer la race à partir des années 1960. Croisé avec d’autres congénères orientaux, le chat siamois s’est peu à peu transformé : tête allongée, oreilles agrandies, corps affiné. Il devient un chat qu’on imagine davantage prélassé sur un coussin de soie que crapahutant dans la nature, bien qu’il ait conservé sa musculature.

Les Américains s’inspirent des chats de l’Égypte ancienne pour créer un chat au corps très fin, aux pattes longues et au museau en pointe qui rappelle Bastet, la déesse égyptienne de la maternité, protectrice des femmes enceintes et des enfants.

 

Ces transformations physiques poussées à l’extrême engendrent des problèmes de santé : prognathisme et pancréatite notamment. D’ailleurs le chat siamois américain ne rencontre pas le succès auprès des amoureux des félins qui le trouvent trop typé. Les éleveurs font donc machine arrière et reviennent à un animal aux proportions plus équilibrées.

 

Caractéristiques du chat siamois

Contrairement aux autres races plus fidèles à un lieu qu’aux humains, le chat siamois est très affectueux et attaché à son maître. Il déteste la solitude et peut se montrer possessif. Intelligent, il comprend les interdictions et de ce fait est facile à dresser, contrairement à la plupart des chats qui se fichent pas mal de ce que vous leur dites – mais cette façon qu’ils ont de vous regarder en ayant l’air de dire « cause toujours » fait aussi partie de leur charme.

Le chat siamois est un animal agile, hyperactif, qui a besoin de jouer et de se dépenser. Curieux, il saute volontiers au-dessus des meubles et un peu partout. Il peut vivre en appartement si vous n’êtes pas trop maniaque mais s’il peut disposer d’un jardin et de la compagnie d’enfants, il sera le plus heureux des chats.

siamese cat on the background of analogous color.

Côté santé, il est sujet aux troubles urinaires. Par conséquent, il a besoin d’un régime adapté.

Quant à son espérance de vie, eh bien je reste dans le flou. J’ai consulté plusieurs sites et les informations divergent grandement. Ainsi, j’ai noté 8 à 12 ans sur un site (ce qui me paraît peu pour un chat), 11 à 15 ans sur un deuxième et un troisième indiquait 15 à 20 ans.

Si vous connaissez la réponse, ça serait très gentil d’éclairer ma lanterne, et celle d’autres lecteurs, à ce sujet 😉 D’avance, un grand merci.

 

 

Sources : http://www.canalvie.com/famille/animaux/race-chat-siamois-1.1760726 ; Wikipédia

Photos : Wikipédia ; Pinterest

 

Publicités

2 réflexions sur “Le chat siamois

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.